Cliquez ICI pour télécharger le fichier
Accueil Lorraine Alsace LanguedocRECHERCHER Modèles de maisons Nos terrains Nos packs (Maison + Terrain) Programmes et lotissementsQUI SOMMES-NOUS?Maisons Claude RizzonNos valeursNos compétencesNos agences en LorraineVOTRE PROJETLes étapes de constructionLe Contrat de ConstructionGaranties et assurancesL'organisme CéquamiLa marque NF Maison individuelleLa marque HQENF HabitatRÉALISATIONS Maisons témoins Nos partenaires industriels Photos de maisonsCONTACTEZ-NOUS
NOS SITES WEB
Groupe Claude Rizzon Maisons Claude Rizzon Immobilière Claude Rizzon

Rappel

Laissez-nous vos coordonnées et nous vous recontacterons dans les meilleurs délais.

Exigez la norme HQE pour une maison respectueuse de l’environnement

Vous êtes de plus en  plus nombreux à souhaiter construire une maison de qualité et respectueuse de l’environnement, et qui de surcroît, vous assure une certaine qualité de vie. Ce projet de construction répond à une démarche officielle et reconnue, appelée démarche haute qualité environnementale ou HQE®, la plus exigeante en la matière. Si vous souhaitez construire une maison en suivant les principes de la démarche HQE®, Maisons Claude Rizzon vous accompagne pour mener à bien ce projet.

Ma maison certifiée HQE

Votre maison bénéficie de l’attestation NF Maison Individuelle démarche HQE®, un véritable diplôme augmentant la valeur patrimoniale de votre bien. Pour vous garantir la qualité de votre projet de construction, la qualité de vie dans votre maison et le respect de l’environnement, les représentants des consommateurs et les professionnels ont associés la seule démarche reconnue - la démarche Haute Qualité Environnementale - avec la seule marque de qualité officielle en maisons individuelles - la certification NF Maison Individuelle - pour créer NF Maison Individuelle démarche HQE®.

Faire construire une maison NF Maison Individuelle démarche HQE®, c’est agir avec votre constructeur, pour préserver l’environnement. Vous bénéficiez alors de toutes les qualités d’une maison NF avec en plus :

  • La maîtrise des impacts de la maison sur l’environnement
  • Un environnement sain et confortable
  • La performance énergétique
  • La réduction de la consommation d’énergie et d’eau
  • La prise en compte des charges d’entretien et de maintenance
  • La preuve officielle d’une maison certifiée NF Maison Individuelle démarche HQE®

La démarche Haute-Qualité-Environnementale

Concilier progrès économique et social sans mettre en péril l'équilibre naturel de la planète est un enjeu de taille. En France, la construction est responsable de 25% des émissions de CO2, de 42% de la consommation d’énergie et 40% de la consommation de ressources naturelle et d’eau. Il devient de plus en plus important de maîtriser ou de limiter ces impacts sur l’environnement extérieur (respect du site, maîtrise des nuisances et des déchets de chantier), de mieux gérer la consommation de l’énergie et de l’eau et de créer un environnement intérieur satisfaisant (recherche de confort, emploi de matériaux sains). La démarche HQE® alliée à la certification est une réponse opérationnelle à la nécessité d’anticiper les changements, de modifier progressivement les pratiques de chacun et d’offrir aux divers interlocuteurs une assurance quant aux moyens mis en œuvre et aux résultats obtenus en matière de qualité environnementale.

Les exigences de la norme HQE

Le constructeur définit avec vous vos priorités sur l’ensemble des préoccupations des 14 cibles HQE® en matière d’éco-construction, d’éco-gestion de confort et de santé:

Eco-construction

  • 1. La relation du bâtiment avec son environnement immédiat : il s’agit de rechercher le meilleur compromis entre l’intégration dans le site, la qualité d’usage, la qualité environnementale et les attentes du Maître d’ouvrage, tout en répondant aux règles de constructibilité.L’analyse et l’évaluation réalisées en amont détermineront les opportunités et les contraintes du terrain et du site (topographie, nature du sol, vue, vents, ensoleillement, respects des riverains, …) à prendre en compte afin de répondre au mieux à ces exigences.
  • 2. Le choix intégré des produits, systèmes et procédés de construction : le choix des matériaux à faible impact environnemental relève de l’organisation interne du constructeur qui doit sélectionner des produits et matériaux compatibles avec les contraintes d’usage (par leur nature, leur utilisation et leur coût), de durabilité, de sécurité, de santé. Les matériaux fabriqués localement à partir d’une matière première locale sont valorisés ainsi que l’utilisation du bois.
  • 3. Un chantier à faibles nuisances : avec la notion de 'chantiers verts', des mesures sont appliquées visant à réduire les nuisances sonores dues notamment aux matériels de chantiers, limiter la pollution de l’air (brûlage sauvage, salissures, poussières) par des pratiques telles que le nettoyage du chantier à des étapes clés, l’arrosage des zones chantier par temps sec, le tronçonnage à l’eau pour les découpes, …, limiter les perturbations du trafic, gérer la non pollution des sols, etc.

Il s’agit également de favoriser la gestion des déchets, et notamment à la source, en limitant les emballages, en généralisant le pré-calpinage, en favorisant le tri sélectif, etc.

Eco-gestion

  • 4. La gestion de l’énergie : limiter les consommations d’énergie afin de maîtriser les impacts environnementaux demande un effort significatif par rapport à la RT 2005 (niveau HPE minimum soit - 10% par rapport à la RT 2005). La limitation des déperditions, la prise en compte de l’énergie passive (orientation favorable des maisons), le recours aux énergies renouvelables, le choix d’installations efficaces et peu polluantes et un souci de réduction des charges de fonctionnement contribuent à atteindre les objectifs de cette cible.
  • 5. La gestion de l’eau : réduire la consommation d’eau consiste, par exemple, à mettre en œuvre des robinets limitateurs de débit et favoriser la récupération des eaux pluviales pour des usages appropriés. Il convient également de répondre à la gestion des eaux pluviales de la parcelle notamment par la mise en place d’une rétention ou d’une récupération des eaux pluviales pour un usage extérieur au bâtiment.
  • 6. La gestion des déchets d’activité : il s’agit de favoriser le tri sélectif des déchets ménagers et de favoriser le compostage des déchets verts.
  • 7. Gestion de l’entretien et de la maintenance : la maison et ses équipements doivent être conçus pour faciliter le nettoyage et l’entretien (accès aisés, choix de matériaux) tout en tenant compte du maintien des performances de l’ouvrage (Gestion Technique du Bâtiment).

Le confort

  • 8. Le confort hygrothermique : les choix constructifs et les systèmes mis en œuvre doivent permettre d’assurer le confort des utilisateurs en toute saison. Les protections solaires, les équipements permettant la sur-ventilation nocturne, la limitation des effets de paroi froide sont des choix optionnels pouvant être retenus pour répondre aux exigences.
  • 9. Le confort acoustique : des choix architecturaux et d’emplacements des équipements doivent permettre d’éviter les éventuelles nuisances sonores en fonction de l’affectation des locaux (bruits des équipements de chauffage, de robinetterie, de ventilation, etc.).
  • 10. Le confort visuel : pour un meilleur confort des utilisateurs, l’éclairage naturel est privilégié et les sources d’éclairage artificiel doivent concilier maîtrise des consommations d’énergie et confort.
  • 11. Le confort olfactif : la conception architecturale et technique (par exemple, filtration de l’air soufflé en VMC double flux), et une ventilation efficace permettent de maîtriser les sources d’odeurs désagréables et de réduire les risques de nuisances olfactives désagréables et de réduire les risques de nuisances olfactives dans la maison.

La santé

  • 12. La qualité sanitaire des espaces : il s’agit de créer les conditions d’hygiène nécessaire pour éviter les remontées d’humidité et le développement de micro-organismes dans les pièces sensibles telles que les cuisines, les salles d’eau, les toilettes. La limitation des nuisances électromagnétiques est également prise en compte.
  • 13. La qualité sanitaire de l’air : radon, émissions de fibres et de particules, traitement des bois, ventilation, colles, peintures, moquettes, etc., sont autant de sources de pollution qui nécessitent de prendre des dispositions préventives permettant de les maîtriser (choix des produits, choix des filtres pour la ventilation, position de la prise d’air neuf, etc.).
  • 14. La qualité de l’eau : il s’agit de prévenir tout risque de brûlure, de légionellose, et de maintenir la qualité de l’eau par une conception, une mise en œuvre et une mise en service du réseau de distribution à l’intérieur des maisons. Cet objectif prend en compte la nature des canalisations, le schéma d’organisation des installations, etc.